Francis Jamin

Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends (Nelson Mandela)

Vos succès sont notre fierté

"Je tiens à remercier Francis pour ce qu'il m'a apporté d’éclairant, de bienveillant, de compréhension sur moi, de challengeant, et pour les réponses que j’ai apportées à mes questionnements. Merci encore pour ce coaching terriblement efficace..."

Marie José

"Francis a une forte expertise en médiation. Son coaching de vie est à la fois cordial, exigeant, fin et se révèle très efficace. Au final presque sans que je m'en aperçoive ma posture et mes relations ont changé. Merci !"

Nestor

"Francis démontre de l'empathie. Il connaît très bien le registre des émotions et il a fait preuve de beaucoup de compréhension quand j'ai évoqué mon problème et mes objectifs. Il est lucide et te prend comme tu es, sans jugement. Il est très ouvert aux comportements humains. C'est très agréable"

Linette

Mieux me connaître

Avant de devenir coach de vie à Bayonne, j'ai été dirigeant d’un grand groupe mutualiste, après une carrière sportive dense, dans de belles régions comme l’Alsace, le Poitou et le Pays basque, j’ai fait le choix d’exercer le métier de coach de vie et pratiquer l’hypnose. Retraité depuis quelques mois, après avoir consacré une grande partie de ma vie aux organisations et surtout aux interactions entre les femmes et les hommes de l’entreprise, j’avais très tôt envisagé cette reconversion. Il s’agit de poursuivre sur la voie qui a structuré ma vie. Celle de la transmission.

Tant au cours ma carrière sportive que dans le cadre de mon parcours professionnel, il m’a été beaucoup donné. Par des managers, par mes entraineurs successifs, par mes partenaires et collègues. Par des coachs aussi ! Par eux et avec eux j’ai eu l’opportunité de m’épanouir et de coacher, déjà, sans maitriser les outils de ce métier. Adepte du management humaniste, qui privilégie l’initiative et la responsabilité, je souhaitais poursuivre une fois l’activité professionnelle de 40 ans terminée, accompagner autrement mes clients sur leur chemin, celui de leur indépendance, de leur épanouissement, peut-être de leur bonheur.

Avec le recul, n’est-ce pas une sorte de vocation, celle d’aider encore mais autrement que traduit cette nouvelle vie ? Découvrir, faire découvrir des territoires inexplorés, s’entrainer au bonheur comme on s’entraine au javelot pour tutoyer le plaisir de l’effort avant celui de la performance, et donc du plaisir, retrouver cette confiance originelle qui un temps a pu fuir, pour réussir une épreuve, une compétition, ou pour vivre épanoui, tout simplement. Je suis à votre écoute.